Balade sur les toits andins de la Bolivie!

Nous voici arrivés en Bolivie, au coeur des Andes!

Après la traversée de l’île du Soleil sur le lac Titicaca, nous nous dirigeons vers La Paz, tourbillonnante et mouvementée. Il est impossible de rester indifférent devant cette ville, on adore ou on déteste…

PB011556.JPG 
PA231188.JPGPA231193.JPG

 

Aux alentours de la ville, une randonnée glaciaire nous conduit à 6 088mm d’altitude, en haut du Huyana Potosi. Quelle expérience inoubliable, entre l’initiation à l’escalade de glace et l’ascension longue, très longue, en pleine nuit et dans le froid…La récompense au sommet: un lever de soleil inoubliable!!!

 

PA261310.JPGPA271353.JPGPA271357.JPGPA271388.JPG100_0131.JPG

Nous descendons la fameuse route de la mort en vélo aussi, plus de 3 000m de dénivellé sur une route vertigineuse!!!! Les paysages sont à couper le souffle et notre tenue de cycliste absolument grandiose!!!

PA291472.JPGPA291483.JPGPA291433.JPG

Il est déjà temps de dire au revoir à nos amis qui reprennent leur avion pour Lille , à très vite!!!

 

Nous continuons notre route vers Sucre, la ville blanche, capitale de la Bolivie. Nous y rencontrons Domingo Izquierdo, le dirigeant de l’école par apprentissage « Escuela Taller de Sucre ».

Ce type de formation a commencé en Espagne avant de s’étendre à toute l’Amérique du Sud. L’école de Sucre, créée il y a 13 ans, forme 50 élèves tous les 2 ans à la restauration de patrimoine. Les jeunes venus de la ville et des villages alentours apprennent à rénover des monuments historiques comme des églises, des couvents , formés par leur maître d’apprentissage respectif.

Cette école forme également à la restauration de papier, à la peinture…

Nous visitons avec M. Izquierdo, et l’architecte Ligia Penaranda Orias, des bâtiments rénovés et en cours de rénovation dans le cadre du cursus de formation comme l’actuel musée de l’armée, la maison de déclaration d’Indépendance, le couvent Santa Teresa, l’église de la Merced.

 

DSC_0866.JPGDSC_0878.JPGDSC_0882.JPG
 

Historiquement, ces bâtiments construits entre 1580 et 1620 sont réalisés en adobe: briques de terres crues. Les murs d’un mètre d’épaisseur sont formés de 2 briques en quinconce, l’une disposée sur la longueur (60cm) et l’autre sur la largeur (40cm).

L’enduit est réalisé avec un mélange de terre et chaux éteinte. Cette chaux obtenue par la réaction de la chaux vive avec de l’eau, est travaillée pendant 6 mois avant l’utilisation dans le mélange.

DSC_0955.JPGDSC_0966.JPGDSC_0999.JPG

Les techniques de restauration utilisent dans la mesure du possible, les mêmes techniques de construction: adobe, enduit en terre…

Dans le cas du couvent Santa Teresa, la charpente est très attaquée par les termites. Malgré l’aplication de paradichloro de benzène (pas très naturel!!) sur la charpente, il est nécessaire de créer une nouvelle structure afin de soutenir la toiture, la charpente ne pouvant plus assurer ce rôle.

 

DSC_0995.JPG
DSC_0967.JPGDSC_0968.JPG
 

Les tuiles, réalisées traditionnellement en terre cuite sont consolidées en appliquant de la chaux.

Nous remercions vivement Domingo et Ligia, pour leur accueil et toutes ces visites passionnantes. Tout notre soutien à ce projet à qui nous souhaitons d’obtenir les subventions nécessaires afin de continuer la restauration de ce patrimoine architectural magnifique!

 

Nous visitons ensuite la ville de Potosi, connue pour ses mines d’argent. Quelle émotion, nous restons sans mot pour décrire cet univers. Une rencontre bouleversante avec Esteban, cet enfant de 16 ans qui travaille tous les jours dans cet enfer, depuis 3 ans déjà! Un monde à part, dans cette « montagne qui mange les hommes » . Une religion à part aussi. Sous terre, le Dieu est le Tio, craint et vénéré, à qui jamais on n’oublie les offrandes de feuilles de coca et d’alcool, de cigarettes…sous peine de mort dans la mine.

DSC_0029.JPGDSC_0038.JPGDSC_0069.JPG

Ici, l’alcool se boit à 90° , les feuilles de coca sont chiquées en abondance pour oublier la soif, la faim et se donner du courage, les enfants achètent de la dynamite et placent les batons après avoir percé la roche à la main… Le choc des mondes, des cultures…

  
 

Nous finirons notre aventure en Bolivie par les paysages magiques du Salar d’Uyuni et du Sud de la région Lipez. Une étendue de sel à perte de vue,des lacs verts, rouges, blancs uniques au monde, des flamants roses, des cactus gigantesques …(leur bois est même utilisé dans la construction et l’ameublement!) Magnifique!!!

 

DSC_0161 (4).JPGDSC_0348 (3).JPGDSC_0535 (5).JPG

 Encore une fois, les mots nous manquent pour parler de la Bolivie, terre de contrastes et de contradictions!

Cap maintenant en Argentine!

 

 

 

FacebookLinkedInEmailShare
This entry was posted in Bolivie, Chantier, Matériau, Terre, rencontre écologique, voyage and tagged , , , , , , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>